Les frais supplémentaires lors de l’acquisition d’un logement

En principe, l’achat d’une chose immobilière est un grand projet qui vous engage pendant une longue durée. Alors, il est primordial de bien déterminer son budget et surtout de ne pas oublier d’inclure dans votre emprunt les éventuelles dépenses annexes. C’est pour cette raison que ses frais doivent être bien identifiés par l’acheteur.

Les dépenses d’un prêt et des garanties bancaires

De nos jours ou plus précisément à cause de la difficulté de la vie, les personnes qui arrivent à supporter par son propre crédit l’achat d’une maison sont rares. Selon les statistiques et analyses réalisées par les experts dans le domaine, plus de 95% des intéressés optent pour le prêt bancaire s’ils veulent atteindre leur objectif. Cependant, la souscription à un emprunt vous engage à :

  • Payer des mensualités périodiques jusqu’au remboursement de la somme prêtée
  • Verser les intérêts du prêt qui varient selon les établissements bancaires
  • S’acquitter des frais de dossiers bancaires qui s’élèvent à environ 1% du montant de l’emprunt
  • Payer le dépôt de garantie qui représente environ 5 à 10% du coût de l’achat. Il s’agit d’une garantie pour la banque de récupérer la totalité de son argent lorsque le préteur se trouve dans l’impossibilité de rembourser convenablement ses dettes. En général, il est déposé dans une caisse de dépôt et de consignation au moment de la signature du compromis ou de la promesse de vente. Sachez que la garantie de crédit est restituée sans problème si l’acquéreur exerce son droit de rétractation dans le délai reparti par la loi.
  • Verser l’assurance de prêt dont le montant et les conditions sont négociables.

Les éventuels frais de notaire

Il est important de savoir que l’acquisition d’un bien immobilier passe obligatoirement devant un officier ministériel. Ils comprennent les droits d’enregistrement, impôts et taxes reversés à l’État et aux collectivités locales, dont le prix dépend de la localité concernée et les honoraires du notaire qui sont formés par la rémunération du professionnel ainsi que le remboursement des différentes dépenses engagées pour la constitution du dossier comme les frais de géomètre, le certificat d’urbanisme, et autre. Notons que pour une maison ancienne, ils peuvent aller jusqu’à 7 à 8% du montant de la vente. Quant à un logement neuf, ils seront fixés entre 2 à 3 % du prix de vente. Dans la pratique si vous désirez réduire le prix de vente, vous pouvez établir une liste de l’ensemble du mobilier au cours du compromis de vente. Sachez que cette exonération ne doit pas être au-dessus des 5% du prix du logement. L’officier ministériel peut offrir une réduction de 10% au plus lorsque le coût des biens est supérieur à 150 000 euros.

Les frais de l’agence immobilière

 D’une manière générale, plus de la moitié des ventes sont réalisées entre les particuliers. Mais à côté de cela, il existe aussi des personnes qui engagent un intermédiaire pour la conclusion des transactions afin d’obtenir facilement le logement souhaité. Il faut noter que l’aide octroyée par une agence immobilière nécessite le paiement d’une commission à condition que la vente aboutisse. En principe, la rémunération des agents immobiliers varie entre 4 à 10% du montant de la vente. Et sachez que la somme de cette commission ne sera pas une surprise parce qu’elle est déjà discutée et fixée à l’avance par les deux parties. Depuis le 1er mars 2016, l’intermédiaire possède le droit de fixer librement son tarif envers les clients. Alors, à vous de choisir l’agence qui convient parfaitement à votre projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *